« Les prix de l’énergie resteront élevés pour financer la transition énergétique », selon le président d’Engie

« Les prix de l'énergie resteront élevés pour financer la transition énergétique », selon le président d'Engie
Written by admin

Jean-Pierre Clamadieu estime, par ailleurs, que la France peut réduire sa dépendance au gaz russe d’ici «3 ou 4 ans».

La France peut-elle se passer à terme du gaz russe ? À cette question, le président d’Engie répond «à terme oui. La question, c’est à quel terme ? Car le gaz est une énergie qui suppose des infrastructures pour être livrée là où on veut la consommer. Ces infrastructures fumer du temps».

Invité à préciser cet horizon, Jean-Pierre Clamadieu répond : «Je parle d’années. En 3 ou 4 ans, on est probablement capable de réduire de manière très importante notre dépendance (au gaz russe), affirme le président d’Engie sur France Inter. Si nous devions faire face à une interruption brutale, c’est un scénario qui est beaucoup plus difficile qui nécessitera des ajustements qui seront probablement, eux aussi, brutaux». Le gaz représente en 2020 environ 16 % de la consommation énergétique en France, mais 27 % en Allemagne et 41 % en Italie.

L’auteur de «L’Europe, avenir de l’industrie française» (éditions Cherche-Midi) reconnaît que «la transition énergétique conduit inéluctablement à une augmentation des prix de l’énergie par rapport à ce qu’ils étaient il y a quelques années». «Nous sommes confrontés à une crise spécifique qui impacte les équilibres offre-demande et apporte une forme prime de risque. Du coup, les prix augmentent. Cette prime de risque peut disparaître si la situation géopolitique se stabilise», analyse Jean-Pierre Clamadieu.

Mais le président d’Engie prévient que «les prix de l’énergie seront élevés dans les prochaines années parce qu’il faut financer la transition énergétique. La crise du moment montre qu’il faut que nous accélérions dans la transition énergétique». «Quand on parle de nécessité de moins consommer de gaz, la solution alternative, c’est le développement des renouvelables (biométhane, hydrogène, renouvelables électriques)».

Alors que le bouclier tarifaire est au cœur des débats face à l’inflation galopante, Jean-Pierre Clamadieu estime que «c’est une décision politique. Il me paraît clair que protéger au moins les consommateurs les plus vulnérables, c’est indispensable». Tout en rappel que «les boucliers tarifaires sur l’énergie ont un coût budgétaire massif».

.
#Les #prix #lénergie #resteront #élevés #pour #financer #transition #énergétique #selon #président #dEngie

Leave a Comment