les hybrides rechargeables boudés, les 100% électriques à la fête

les hybrides rechargeables boudés, les 100% électriques à la fête
Written by admin

Le marché automobile européen a poursuivi son électrification à marche forcée au premier trimestre si l’on en croit les chiffres publiés par l’association européenne des constructeurs automobiles (ACEA). Les voitures neuves électrifiées ont ainsi représenté 44% des ventes contre 35% un an auparavant. Au contraire, les motorisations thermiques continuent de reculer : les voitures essence passent de 41 à 36 % des ventes, tandis que les moteurs diesels ne représentent plus que 17 % des voitures neuves (22 % il y a un an). En volumes, les diesels ont chuté d’un tiers au premier trimestre.

Les écuries des hybrides rechargeables

En revanche, les hybrides rechargeables (PHEV) restent stables, autour de 9%. Cette technologie est pourtant de moins en moins favorisée par les dispositifs de subventions publiques tandis que les associations environnementales sont de plus en plus nombreuses à contester leur efficacité écologique. D’ailleurs, en volume, elles baissent drastiquement (-5,3%).

En France, elles profitent d’un bonus réduit à 1.000 euros seulement, pour des modèles de moins de 50.000 euros. Autrement dit, l’ensemble des voitures premiums qui atteignaient des mix PHEV extrêmement importants (jusqu’à 80% des ventes sur le Volvo XC60 par exemple) sont exclus du dispositif. En outre, ce bonus est loin de compenser le surcoût de l’hybridation même pour les produits moyen de gamme. Ainsi, il faut débourser près de 9.000 euros supplémentaires pour acquérir une Citroën C5 Aircross équipée d’une hybridation rechargeable.

La fin des PHEV programmée ?

D’ailleurs, plusieurs constructeurs préfèrent désormais se concentrer sur l’hybridation normale qui permet d’économiser du carburant dans toutes les situations (le PHEV n’est efficace que si les batteries ont été rechargées). “Sur plusieurs marchés, nous constatons que les hybrides se vendent mieux que les PHEV”, nous expliquons un cadre de Renault qui commercialise sa technologie E-Tech. “C’est notre nouveau diesel”, lance-t-il en parlant d’une technologie beaucoup moins cher que le PHEV. Il n’y a peut-être qu’en Allemagne que les hybrides rechargeables persistent de se vendre, à la faveur de subventions encore généreuses.

Les 100% électriques restent dynamiques

Pour l’heure, les voitures électriques restent le segment le plus dynamique, largement subventionnées (jusqu’à 10.000 euros dans certains pays), favorisées par une fiscalité incitative, mais également par une réglementation de plus en plus contraignante que ce soit sur les objectifs de CO2 que les accès en centre-ville. Les commandes publiques également le mouvement. Même les forces de police se dotent de voitures 100% électriques.

La crise des semi-conducteurs influence également les allocations des fournitures des constructeurs qui tentent de privilégier les véhicules les plus rémunérateurs, ou les plus conformes aux objectifs réglementaires.

Résultat : les voitures 100 % électriques doublent leur part de marché en Europe passant de 5 à 10 % des ventes au premier trimestre. Les hybrides pures ont amorcé une légère décrue mais représentent encore 21% des immatriculations neuves.

Dossier-enquête : le “business” des bornes de recharge électrique