Le Credit Suisse met en garde contre la perte du premier trimestre alors que les provisions légales gonflent

Le Credit Suisse met en garde contre la perte du premier trimestre alors que les provisions légales gonflent
Written by admin

Le Credit Suisse a averti qu’il s’attend à une perte au premier trimestre après une forte augmentation de ses provisions légales, le dernier coup porté à la banque suisse qui a eu du mal à tirer un trait sur les multiples crises de ces dernières années.

La banque a déclaré mercredi qu’elle mettrait de côté 600 millions de francs suisses supplémentaires (631 millions de dollars) pour les provisions pour litiges au premier trimestre, portant le total à environ 700 millions de francs suisses pour ce qu’elle a décrit comme des développements dans les affaires juridiques qui ont commencé il y a plus de dix ans. Cela a marqué une augmentation de 60% par rapport au trimestre précédent.

Parallèlement aux provisions légales beaucoup plus élevées, le Credit Suisse a déclaré que les retombées de l’invasion de l’Ukraine par la Russie lui laisseraient environ 200 millions de francs suisses de “revenus négatifs et de provisions pour pertes sur créances”.

La banque n’a pas fourni de détails sur le litige couvert par les provisions, mais l’augmentation intervient moins d’un mois après que Bidzina Ivanishvili, l’ancien Premier ministre géorgien, ait remporté un procès de longue date contre elle.

Le juge chargé de l’affaire a statué qu’Ivanishvili, qui était un client de la banque, et sa famille devaient verser des dommages-intérêts “substantiellement supérieurs à 500 millions de dollars”. Le Credit Suisse, dont les actions ont baissé de plus de 20% cette année, publiera ses résultats du premier trimestre le 27 avril.

“Crédit Suisse . . . continue d’être impacté par des événements ponctuels spécifiques à l’entreprise, en particulier le risque de litige, et [this] Nous pensons que cela augmente le risque de baisse des prévisions de bénéfices par consensus », a déclaré Flora Bocahut, analyste chez Jefferies.

En janvier, la banque a réservé 436 millions de francs suisses au quatrième trimestre pour couvrir les règlements de litiges, mais elle avait déclaré à l’époque que ceux-ci étaient principalement liés à ses activités de banque d’investissement. Ivanishvili était un client de la banque privée qui a poursuivi la filiale d’assurance-vie bermudienne du Credit Suisse.

Peu de temps après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le Credit Suisse a détaillé une exposition brute de crédit à la Russie de 1,6 milliard de francs suisses à la fin de 2021. Le prêteur a déclaré que cela comprenait des dérivés et des expositions de financement dans sa banque d’investissement, des expositions de financement du commerce dans sa banque nationale suisse et des prêts. dans son activité patrimoniale.

Il a ajouté qu’après avoir pris en compte les couvertures, les garanties, les assurances et les garanties, son exposition nette au risque était de 848 millions de francs suisses. En outre, Credit Suisse a déclaré que ses filiales russes – qui emploient 125 personnes – détenaient 195 millions de francs suisses d’actifs.

La banque a précédemment annoncé que ses résultats du premier trimestre incluraient 350 millions de francs suisses de pertes liées à une baisse de la valeur de sa participation de 8,6% dans le groupe Allfunds coté à Amsterdam.

Le Credit Suisse a ajouté que ses résultats seraient encore plus touchés par une réduction des émissions sur les marchés des capitaux et un ralentissement de l’activité commerciale au premier trimestre.

Les banques américaines JPMorgan, Goldman Sachs et Citigroup ont toutes annoncé une baisse des bénéfices dans leurs résultats du premier trimestre la semaine dernière en raison de la guerre en Ukraine et de l’impact plus large sur le commerce et la banque d’investissement.

Le Credit Suisse a déclaré que ses pertes du premier trimestre seraient compensées par 170 millions de francs suisses de provisions récupérées pour sa part dans l’effondrement du family office Archegos il y a un an – la plus grosse perte commerciale de ses 166 ans d’histoire – et 160 millions de francs suisses de gains immobiliers.

Leave a Comment