Il n’y aura pas de gagnant alors que les médias sociaux continuent de façonner la réputation de Johnny Depp et d’Amber Heard

Il n'y aura pas de gagnant alors que les médias sociaux continuent de façonner la réputation de Johnny Depp et d'Amber Heard
Written by admin

C’est sans doute le procès civil du siècle, rempli de détails extraordinaires et de beaucoup de linge sale. L’acteur Johnny Depp poursuit son ex-femme Amber Heard pour 50 millions de dollars pour un éditorial de 2018 pour lequel elle a écrit Le Washington Post, qui relate ses expériences en tant que survivante de violence domestique. Bien que Depp n’ait jamais été mentionné nommément, ses avocats soutiennent qu’il était évident à qui Heard faisait référence dans l’article et que l’article avait nui à la carrière et à la réputation de Depp.

Depp a témoigné que Disney l’avait lâché du pirates des Caraïbes franchise quelques jours seulement après la sortie de l’histoire, et qu’il a perdu plus de 22,5 millions de dollars pour reprendre son rôle de capitaine Jack Sparrow.

En réponse, Heard, qui est également acteur, a déposé une contre-poursuite de 100 millions de dollars – et son équipe juridique a allégué qu’elle avait été diffamée lorsque Depp et ses avocats ont qualifié ses allégations de fausses !

Le drame dit-elle a été largement suivi, car l’affaire a été diffusée en direct sur Court TV et Law & Crime. Il a également été suivi de près sur les réseaux sociaux, et cette semaine, une variété de hashtags liés à l’affaire ont été à la mode, notamment #JusticeForJohnny, #AmberHeardIsAPsycopath, #AmberHeardIsInnocent et #IStandWithAmberHeard.

On dit souvent, en particulier dans le monde du divertissement, qu’il n’y a pas de “mauvaise publicité”, mais compte tenu de l’attention que cette affaire a attirée, cela n’est peut-être pas vrai.

“Le procès Depp vs Heard est le dernier exemple de la façon dont les médias sociaux sont devenus le nouveau baromètre de l’opinion publique qui fait ou défait les carrières”, a expliqué Anthony Silard, Ph.D., professeur agrégé de leadership et directeur du Center for Sustainable Direction à la Luiss Business School de Rome.

“Il suffit de taper #JusticeforJohnny ou #IStandwithAmberHeard sur Twitter pour une bonne portion de vitriol des deux côtés”, a déclaré Silard. “Cette polarisation encouragée par les médias sociaux peut sembler amusante à première vue, mais c’est en fait un exemple dystopique de la façon dont les médias sociaux nous déchirent en tant que société. Qu’il s’agisse de porter un masque, Trump contre Biden, les joueurs de la NFL prenant un genou pendant le hymne national ou Slap Heard Around the World, les médias sociaux sont devenus le nouvel arbitre du bien et du mal.”

Silard a averti que les médias sociaux ont été un facteur dans la façon dont le niveau de polarisation aux États-Unis a atteint un niveau sans précédent.

“Maintenant que notre expérience d’autres personnes ayant des opinions différentes des nôtres a été réduite à de brèves missives textuelles lues sur les réseaux sociaux, comme des recherches récentes ont découvert que nous ne voyons plus les membres de l’opposition comme possédant même les niveaux de pensée et de sentiment que nous attribuent aux êtres humains », a poursuivi Silard.

Suivre l’affaire sur les réseaux sociaux

Même si le drame de la salle d’audience peut être diffusé quotidiennement, de nombreuses personnes ne prennent pas la peine de regarder. Au lieu de cela, il est suivi de extraits sonores, de clips et de mèmes. Cela a certainement un impact sur le tribunal de l’opinion publique.

“L’affaire Depp and Heard est incroyablement compliquée, mais a toujours été distillée en segments courts de la taille de TikTok qui sont faciles à digérer mais peuvent souvent être inexacts ou sortis de leur contexte. En regardant quelques publications, TikTok et d’autres plateformes de médias sociaux continuera à fournir à l’utilisateur un contenu similaire, renforçant une impression unilatérale des événements de l’essai », a déclaré Courtney Pade, professeure adjointe de clinique en communication et directrice adjointe du programme de maîtrise en gestion de la communication à l’USC.

“Les gens sur les réseaux sociaux sont motivés pour obtenir les récompenses ou l’affirmation qui existent en obtenant des likes et des vues”, a ajouté Colin Campbell, professeur adjoint de marketing à la Knauss School of Business de l’Université de San Diego. “Cela incite les influenceurs et les consommateurs à publier sur des sujets – comme cet essai – auxquels ils savent que d’autres s’intéressent et auxquels ils réagiront. Cet effet amplifie le temps et l’attention consacrés au contenu jugé “piquant”.”

Les médias sociaux ne sont pas le meilleur moyen de suivre un procès, qui peut être intrinsèquement complexe et souvent très nuancé.

“La durée d’attention des médias sociaux est courte. Cela se traduit par des clips très courts, ou même des remix de clips, d’essais publiés qui ne reflètent probablement pas le contexte complet dans lequel une déclaration est faite. Comme nous l’avons vu, cela peut être préjudiciable pour Heard et Depp”, a déclaré Campbell. “Mes recherches sur le contenu généré par les consommateurs révèlent que les gens sur les réseaux sociaux aiment l’humour, en particulier l’ironie. Ainsi, toute information qui va à l’encontre de ce qu’une personne a pu dire auparavant ou de son image publique est mûre pour être transformée en mème.”

Cette affaire a également prouvé qu’il existe une mauvaise presse, en particulier à l’époque des médias sociaux, et qu’il est peu probable qu’il y ait un gagnant, quel que soit le résultat.

“Alors que les médias sociaux au cours de cette affaire ont fortement penché en faveur de Depp, la question est de savoir si ce sentiment se reflète dans le jury ou, au contraire, une vision déformée en raison de créateurs de contenu prolifiques”, a déclaré Pade. “Les deux acteurs savent que le tribunal de l’opinion publique est plus important pour leur carrière que l’issue du procès et l’utilisent comme un mécanisme de narration visuelle. Mais, cette consommation via les réseaux sociaux permet également aux téléspectateurs d’éviter des discussions plus nuancées et difficiles. autour de la violence conjugale.”

[

Leave a Comment